Schweizerische Menopausengesellschaft

La sexualité

La sexualité reste un sujet tabou, bien que les difficultés sexuelles soient très répandues (voir ci-dessous).

Répartition de la fréquence des difficultés sexuelles chez les femmes

Manque de libido41%
Déficience d’orgasmes19%
Douleurs12%
Vaginisme (crampes vaginales)10%
Aversion sexuelle08%

Les variations hormonales survenant autour de la ménopause provoquent des changements dans l’organisme et l’état général; la sexualité des femmes peut s’en trouver chamboulée.

  • a) Les bouffées de chaleur ou les troubles du sommeil éventuels affectent le bien-être, ce qui peut causer indirectement une diminution du désir sexuel.
  • b) La plupart des femmes prennent un peu de poids à la ménopause (environ 3 à 5 kg). Cette prise de poids est souvent liée à une attitude négative par rapport à son propre corps, à une représentation problématique du corps. Quand une femme ne se sent plus séduisante et désirable, des blocages et des doutes peuvent naître par rapport à la sexualité.
  • c) Des phénomènes d’habitude ou des divergences dans les intérêts et l’évolution des personnalités peuvent apparaître dans la relation et amener des conflits entre les partenaires. La sexualité peut devenir un problème et faire l’objet de stratégies d’évitement.
  • d) Les transformations physiques consistent surtout dans une sécheresse vaginale et des douleurs pendant l’acte sexuel, et dans 20% des cas, dans une diminution de la sensibilité du clitoris. La capacité d’avoir des orgasmes est toutefois préservée.
  • e) Les maladies en général et les traitements médicamenteux se multiplient au fil du temps et peuvent affecter la sexualité.
  • f) Chez l’homme, les problèmes d’érection deviennent plus fréquents avec l’âge. Dans certains couples, ils provoquent des comportements d’évitement: par crainte de l’échec, la tendresse et la sexualité sont évitées.
  • g) Dans l’ensemble, l’activité sexuelle diminue avec l’âge. Comme évoqué plus haut, les transformations physiques et les changements dans le couple ou dans l’estime de soi jouent un rôle dans ce processus.

Aides possibles en cas de difficultés sexuelles

La première chose à faire est d’avoir une conversation franche avec votre médecin de confiance. Vous pouvez également faire beaucoup par vous-même: des activités physiques régulières et agréables vous aideront à retrouver une perception positive de votre corps, qui pourra redevenir une source de désir et de plaisir. Parlez avec votre partenaire de ce qui lui plaît dans la sexualité de votre couple et aussi de ce qui le dérange: au début, il faut s’armer de courage et surmonter les blocages, mais les résultats sont souvent spectaculaires. Peut-être aurez-vous envie de regarder ensemble un film érotique ou pornographique, puis d'échanger vos impressions. Peut-être aussi avez-vous besoin de sortir de la routine, de faire preuve d'imagination pour séduire votre partenaire, par exemple en créant une ambiance propice à la sexualité et à l'érotisme, en passant davantage de temps ensemble et en favorisant le contact.

Par ailleurs, il peut être très important de passer outre certains mythes sur la sexualité, comme ceux affirmant que la sexualité doit toujours être spontanée, que les femmes ont besoin de longs préliminaires, que les hommes ne veulent pas de tendresse et ne s'intéressent qu'à la pénétration, etc.


La médecine offre aussi des solutions

La sécheresse vaginale peut être améliorée par des hormones (éventuellement, en application locale) et un lubrifiant.

Les perturbations de la condition générale, telles que les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil ou les états dépressifs, répondent généralement bien aux hormones végétales ou synthétiques.

Chez l'homme, les pannes érectiles sont plus faciles à traiter depuis quelques années.

En cas de manque d'intérêt sexuel, outre les consultations et les exercices comportementaux spécifiques, l'administration de testostérone ou de substances apparentées peut avoir un effet bénéfique. Elle est particulièrement indiquée quand la sécrétion de testostérone endogène est nettement diminuée.

A l'heure actuelle, certains médicaments susceptibles de traiter les problèmes d'orgasme font l'objet d'études:
Viagra: aucun résultat probant pour l'instant; chez un tiers des femmes environ, le médicament semble apporter une amélioration.
Oxytocine: les premières études révèlent un léger effet stimulant sur la capacité orgasmique.

N'oubliez pas qu'au cours des dernières années v